Tourist Information Guide

Le Système Economique et Politique en Espagn

Page Content

Cette page contient une présentation des systèmes politique et économique en Espagne.

Gouvernement

Type : Monarchie constitutionnelle (Juan Carlos I proclamé roi le 22 Novembre 1975)
Pouvoirs : Executif--président du gouvernement nominé par le monarque, et soumis à l'approbation du Congrès des Députés. Législatif--la bicamérale des Cortes: un Congrès des Députés de 350 sièges (élus par représentation proportionnelle à scrutin de liste - ou méthode d'Hondt) et un Sénat. Quatre sénateurs sont élus dans chacune des 47 provinces de la péninsule, 16 sont élus dans les 3 provinces insulaires, et Ceuta et Melilla en élisent deux chacun ; ce qui monte à 208 sénateurs. Les parlements des 17 régions autonomes élisent aussi un sénateur, ainsi qu'un sénateur additionnel pour chaque million d'habitants sur leur territoire (environ 20 sénateurs). Judiciaire--Le Tribunal Constitutionnel statue sur les problèmes constitutionnels. Le Tribunal Suprême est à la tête le système comprenant les tribunaux territoriaux, provinciaux, régionaux et municipaux.
Subdivisions : 47 provinces péninsulaires et 3 insulaires ; deux enclaves sur la côte méditerranéenne du Maroc (Ceuta et Melilla) et trois groupes d'îles le long de cette côte-Alhucemas, Penon de Velez de la Gomera, et les Îles Chafarinas.

Partis politiques: Le Parti des Travailleurs Socialistes Espagnols (PSOE), le Parti Populaire (PP), et la coalition de la Gauche Unie (IU). Les partis régionaux clefs sont Convergence et Union (CIU) en Catalogne et le Parti Nationaliste Basque (PNV) au pays Basque.


Economie

PIB (2004): 955,1 milliards de dollars aux taux actuels (au septième rang des économies de l'Organisation de Coopération et de Développement économiques --OCDE--)
Taux de croissance annuelle : 2.5%
PIB par habitant : 22,421 $
Ressources naturelles : Charbon, lignite, minerai de fer, uranium, mercure, pyrite, fluorine, gypse, zinc, plomb, cuivre, kaolin, énergie hydroélectrique
Agriculture et pêches (2,9% du PIB, est. 2004) : Produits--céréales, légumes, agrumes et fruits, vin, olives et huile d'olive, tournesols, bétail
Industrie (17,3% du PIB, est 2004) : Types--nourritures industrielles, textiles, chaussures, pétrochimiques, acier, automobiles, biens de consommations, électronique
ComMercè (2003) : Exports--137,8 milliards de $ : automobiles, fruits, minéraux, métaux, vêtements, chaussures, textile. Marchés principaux-UE 71,8% USA 4,12% Importations-184,1 milliards de $ : pétrole, graines oléagineuses, avions, céréales, produits chimiques, machines, équipement de transport, poisson, biens de consommation. Sources principales-UE 63,9% USA 3,7%
Taux de change moyen (premier semestre 2004) : €0,815 = 1 $ US.


Population

La densité de population de l'Espagne, plus basse que celle de la plupart des pays Européens, est à peu près équivalente à celle de la Nouvelle-Angleterre. Depuis ces dernières années, et suivant un schéma durablement installé dans le reste de l'Europe, les populations rurales migrent vers les villes. L'Espagne n'a pas de religion officielle. La constitution de 1978 a rejeté l'Eglise Catholique Romaine comme religion officielle d'état, tout en reconnaissant le rôle qu'elle joue dans la société Espagnole. Plus de 90% de la population sont au moins nominalement catholiques


Système éducatif

Environ 70% de la population étudiante en Espagne va dans des universités ou écoles publics. Le reste, dans des écoles ou universités privées, dont la grande majorité sont tenues par l'Eglise Catholique. L'éducation obligatoire commence avec l'école primaire ou éducation basique générale pour les enfants de 6 à 14 ans. Elle est gratuite dans les écoles publiques ainsi que dans beaucoup d'écoles privées, dont la plupart reçoivent des subventions gouvernementales. Après leur diplôme, les étudiants vont soit dans le secondaire, pour un diplôme d'études générales, soit dans une école d'enseignement professionnel (correspondant aux classes de troisième à terminale en France) proposant un programme éducatif en fonction de leur vocation. Le système universitaire Espagnol propose des programmes d'étude supérieures dans tous les domaines-législation, sciences, lettres et médecine-et les écoles techniques supérieures proposent des programmes en ingénierie et architecture.


Cartes d'Espagne

Cartes GPS Info.com - Des informations utiles sur les cartes et le GPS, ainsi que des ressources pour ceux qui envisagent de voyager en Espagne


Histoire

La Péninsule Ibérique Espagnole est habitée depuis des millénaires. En fait, certains des sites Paléolithiques les plus surprenants d'Europe sont situés en Espagne, notamment les fameuses grottes d'Altamira qui contiennent des peintures spectaculaires, datant d'il y a 15,000 à 25,000 ans. Les Basques, un des peuples les plus anciens d'Europe, sont également le premier peuple identifiable de la péninsule.

A partir du IX° siècle avt. JC, les Phéniciens, les Grecs, les Carthagéniens et les Celtes entrèrent dans la Péninsule Ibérique. Les Romains suivirent au II° siècle avt. JC. et établirent les bases fondamentales de la langue, de la religion, et des lois de l'Espagne actuelle. Bien que les Wisigoths arrivèrent au V° siècle après J.C, les dernières places-fortes Romaines le long de la côte du sud ne tombèrent pas avant le VII° siècle après J.C. En 711, les Maures d'Afrique du Nord naviguèrent au travers des détroits, fondirent sur l'Andalousie, et, en quelques années, repoussèrent les Wisigoths au nord de la péninsule jusqu'aux Montagnes Cantabriennes. La Reconquête--les efforts pour expulser les maures-dura jusqu'en 1492. En 1512, l'unification de l'Espagne était achevée.

Au cours du 16eme siècle, l'Espagne devint la nation la plus puissante d'Europe, en raison de l'immense richesse que lui procurait sa présence aux Amériques. Mais une série de longues et coûteuses guerres et révoltes, suivies d'une défaite contre les Anglais de « l'Invincible Armada » en 1588, marqua le début d'un net déclin de la puissance espagnole en Europe. La controverse autour de la succession au trône consuma le pays tout au long du 18eme siècle, aboutissant à une occupation par la France durant l'ère Napoléonienne au début des années 1800, qui fut suivie d'une série de conflits armés tout au long de la majeure partie du 19eme siècle.

Le 19eme siècle vit la révolte et l'indépendance de la plupart des colonies espagnoles dans l'Hémisphère Ouest : trois guerres à propos du problème de succession ; la brève abolition de la monarchie et l'établissement de la Première République (1873-74) ; et ; finalement, la Guerre Hispano-Américaine (1898) ; au cours de laquelle l'Espagne perdit Cuba, Puerto Rico et les Philippines au bénéfice des Etats-Unis. Une courte période de dictature (1923-31) se termina avec l'instauration de la Deuxième République. Elle fut dominée par une polarisation politique croissante, culminant avec la victoire électorale du Front Populaire de gauche en 1936. Des pressions de tous côtés, couplées à une violence croissante et non-endiguée, menèrent à l'éclatement de la.

Guerre Civile Espagnole en Juillet 1936
Suite à la victoire de ses forces nationalistes en 1939, le Général Francisco Franco dirigea une nation politiquement et économiquement exsangue. Bien qu'officiellement neutre durant la Deuxième Guerre Mondiale, l'Espagne mena une politique favorable à l'Axe. Pour cette raison, les Alliés victorieux isolèrent l'Espagne au début de l'après-guerre, et le pays ne rejoignit les Nations Unies qu'en 1955. En 1959, suite à un plan de stabilisation du Fond Monétaire International, le pays commença une libéralisation de l'économie et des flux de capitaux, et particulièrement de l'investissement direct étranger.
En dépit du succès de sa libéralisation économique, l'Espagne resta l'économie la plus fermée de l'Europe de l'Ouest-à en juger par la faible part du comMercè extérieur dans l'activité économique- et le rythme des réformes fléchit durant les années 60, tandis que l'état demeurait le « guide » de l'économie. Néanmoins, dans les années 60 et 70, l'Espagne se transforma en une économie industrielle moderne avec un secteur touristique prospère. Son expansion économique mena à une distribution des richesses accrue et contribua à développer une importante classe moyenne. Les changements sociaux apportés par la prospérité économique et l'influx de nouvelles idées aidèrent à établir les bases de la transition de l'Espagne vers la démocratie durant la deuxième moitié des années 70.

A la mort du Général Franco en Novembre 1975, le prince héritier Juan Carlos de Borbon y Borbon, personnellement désigné par Franco, assuma les titres de roi et de chef de l'état. Inssatisfait du faible rythme de la libéralisation post-franquiste, il remplaça le dernier Premier Ministre de Franco par Adolfo Suarez en Juillet 1976. Suarez entra en fonctions en promettant que des élections seraient tenues d'ici une année, et son gouvernement s'attacha à promulguer une série de lois pour libéraliser le nouveau régime. Les premières élections Espagnoles depuis 1936 au Cortes (Parlement) se tinrent le 15 Juin 1977. L'Union du Centre Démocratique (UCD) du Premier Ministre Suarez, une coalition modérée de centre-droit, emporta 34% des votes et le plus grand bloc de sièges au Cortes

Sous Suarez, le Cortes entama l'ébauche d'un constitution démocratique qui fut très largement approuvée par les électeurs lors d'un référendum national en Décembre 1978.


Gouvernement et Conditions Politiques

La démocratie parlementaire fut restaurée à la mort du Général Franco en 1975, qui avait gouverné depuis la fin de la guerre civile en 1939. La constitution de 1978 établit l'Espagne comme monarchie parlementaire, avec le premier ministre responsable du Cortes bicaméral (Congrès des Députés et Sénat) élu tous les 4 ans. Le 23 février 1981, des éléments rebelles parmi les forces de sécurité s'emparèrent du Cortes et tentèrent d'imposer un gouvernement contrôlé par l'armée. Cependant, la grande majorité des forces militaires demeurèrent loyales au roi Juan Carlos, qui utilisa son autorité personnelle pour mettre fin au coup d'état sans que le sang ne coule.

En Octobre 1982, le Parti des Travailleurs Socialistes d'Espagne (PSOE), mené par Felipe Gonzales, remporta le Congrès des Députés et le Sénat, gagnant à la majorité absolue. Gonzales et le PSOE gouvernèrent durant les 13 années suivantes. Durant cette période, l'Espagne rejoignit l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et la Communauté Européenne.

En Mars 1996, le Parti Populaire de Jose Maria Aznar gagna de nombreuses voix. Aznar entreprit de décentraliser les pouvoirs vers les régions et libéraliser l'économie, avec un programme de privatisations, de réforme du marché du travail, et des mesures destinées à augmenter la compétition dans certains marchés. Durant le premier mandat d'Aznar, l'Espagne s'intégra complètement au sein des institutions Européennes, remplissant les conditions à l'entrée dans l'Union Monétaire Européenne. Durant cette période, l'Espagne participa, aux côtés des Etats-Unis et d'autres alliés de l'OTAN, à des opérations militaires en ex-Yougoslavie. Le président Aznar et le PP furent réélus en Mars 2000, obtenant la majorité absolue aux deux chambres du parlement.

Après les attaques terroristes aux USA le 11 septembre 2001, le président Aznar devint un allié essentiel dans la lutte contre le terrorisme. L'Espagne appuya l'action militaire contre les Talibans en Afghanistan et joua un rôle capital au sein de l'Union Européenne pour pousser à une coopération internationale accrue contre le terrorisme. Le gouvernement Aznar, avec un siège provisoire au Conseil de Sécurité de l'ONU, approuva l'intervention en Irak.

Les élections parlementaires espagnoles le 14 mars 2004 se déroulèrent seulement trois jours après une attaque terroriste dévastatrice contre une ligne de chemins de fer de Madrid, tuant 191 personnes et en blessant plus de 1400. Suite à un ample revirement électoral, le PSOE remporta l'élection, et son chef, Jose Luis Rodriguez Zapatero, entra en fonctions le 17 avril 2004. Le gouvernement Zapatero a soutenu les efforts de la coalition en Afghanistan, notamment en confirmant le soutien aux troupes pour les élections 2004, encouragea les efforts de reconstruction d'Haïti, et la coopération sur les problèmes de contre-terrorisme. Conformément à ses promesses électorales, il retira immédiatement les forces espagnoles d'Irak, mais continua à soutenir les efforts de reconstruction de l'Irak.

Economie

L'entrée de l'Espagne dans la Communauté Européenne-aujourd'hui Union Européenne (UE)- en Janvier 1986, nécessitait une ouverture de l'économie du pays, la modernisation de sa base industrielle, l'amélioration de ses infrastructures, et la révision de sa législation économique pour se conformer aux recommandations européennes. Ce processus entraîna une croissance du Produit Intérieur Brut (PIB), réduisit la proportion de la dette publique par rapport au PIB, diminua le chômage de 23% à 15% en 3 ans, et fit diminuer l'inflation en dessous de 3%. Les challenges fondamentaux qui restent à venir pour l'Espagne comprennent la réduction du déficit du secteur public, la poursuite de la baisse du chômage, la réforme du code du travail et des régulations sur l'investissement, la baisse de l'inflation, et l'augmentation du PIB par habitant. Suivant les années d'apogée de la croissance à la fin des années 90s, l'économie Espagnole entra en récession à la mi-1992. L'économie se redressa durant la première administration Aznar (1996-2000), encouragée par un retour de la confiance des consommateurs et une augmentation de la consommation domestique, bien que la croissance ait diminué au cours des dernières années. Le chômage reste un problème à 10,5 (est. 2004), mais cela représente quand même une amélioration significative par rapport à ses niveaux antérieurs. Les dévaluations de la peseta dans les années 90 ont rendu les exportations espagnoles plus compétitives, mais le renforcement de l'euro depuis son adoption a attiré des inquiétudes récentes sur le fait que les exportations espagnoles deviennent trop chères pour les acheteurs étrangers. Ceci est cependant atténué par la facilitation du comMercè entre les pays de la zone euro.


Foreign Relations

Après le retour de la démocratie à la suite de la mort du Général Franco en 1975, la priorité des relations extérieures espagnoles était de briser l'isolement diplomatique des années Franco, et d'étendre les relations diplomatiques, entrer dans la Communauté Européenne, et définir des relations de sécurité avec l'Ouest. En tant que membre de l'OTAN depuis 1982, l'Espagne s'est établie comme participant majeur dans les activités multilatérales de sécurité internationale. Y compris au sujet de problèmes internationaux, au-delà de l'Europe de l'Ouest, l'Espagne préfère coordonner ses efforts avec ses partenaires au sein de l'UE, à travers les mécanismes de Coopération Politique Européenne.

Avec la normalisation des relations diplomatiques entre Israël et l'Albanie en 1986, l'Espagne a théoriquement achevé son processus d'universalisation de ses relations diplomatiques. Le seul pays avec lequel elle n'a aujourd'hui pas de relations diplomatiques est la Corée du Nord

L'Espagne a préservé ses relations spéciales avec l'Amérique Latine. Sa politique met l'accent sur le concept d'hispanitude (Hispanidad), un ensemble de liens linguistiques, religieux, ethniques, culturels et historiques rattachant l'Amérique hispanophone à l'Espagen. L'Espagne a été un exemple concret de transition de l'autoritarisme vers la démocratie, comme le démontrent les nombreux voyages que le Roi et les Premiers Ministres d'Espagne ont effectués dans la région. L'Espagne entretient des programmes de coopération économiques et techniques et des échanges culturels avec l'Amérique Latine, bilatéralement comme au sein de l'UE

L'Espagne continue également de concentrer son attention sur l'Afrique du Nord, et en particulier le Maroc. Ce souci est dicté par la proximité géographique et que par de longs contacts au fil de l'Histoire, ainsi que par les deux villes enclaves Espagnoles de Ceuta et Melilla sur la côte nord de l'Afrique. Bien que le départ de l'Espagne de son ancienne colonie du Sahara Occidental ait mis fin à la participation espagnole directe au Maroc, elle conserve un intérêt à la résolution pacifique du conflit déclenché par la décolonisation. Ces problèmes ont été mis en lumière par une crise en 2002, quand les forces espagnoles ont expulsé un petit contingent de marocains d'un minuscule îlot au large des côtes marocaines, suite à la tentative de ce pays d'affirmer sa souveraineté sur l'île.

Pendant ce temps, l'Espagne a progressivement commencé à développer ses contacts avec l'Afrique sub-saharienne. Elle porte un intérêt tout particulier à son ancienne colonie de Guinée Equatoriale, ou elle maintient un important programme d'aide. Dans ses relations avec le monde Arabe, l'Espagne a cherché à promouvoir le dialogue Euro-Méditerranéen. L'Espagne soutient ardemment le « Processus de Barcelone » de l'UE, qui cherche à étendre le dialogue et le comMercè entre l'Europe, les nations d'Afrique du Nord et le Moyent-Orient, Israël compris.

L'Espagne a des relations fructueuses avec ses deux voisins Européens, la France et le Portugal. L'accession de l'Espagne et du Portugal à l'Union Européenne a aidé à apaiser certaines de leurs frictions commerciales périodiques en les situant dans un contexte européen. La coopération bilatérale Franco-Espagnole est accentuée par leur action conjointe contre le terrorisme basque de l'ETA. Les liens avec le Royaume-Uni sont généralement bons, bien que la question de Gibraltar demeure un sujet sensible.

Retour en Haut de la Page